Ensemble, pour une ville plus propre

DĂ©chets jetĂ©s par terre, dĂ©jections canines, mĂ©gots, crachats, stationnement en double file ou sur les trottoirs, excĂšs de vitesse, bousculades, mots et gestes dĂ©placĂ©s
 Autant d’incivilitĂ©s vĂ©cues au quotidien qui gĂąchent la vie de tout un chacun et qui, pourtant, n’ont pas lieu d’ĂȘtre. La ville initie une dĂ©marche de sensibilisation auprĂšs des habitants afin d'Ɠuvrer ensemble pour une ville plus propre.

Les incivilités en chiffres (2014)

  • 404 tonnes de dĂ©chets ont Ă©tĂ© ramassĂ©es par le camion de la ville (en plus de la collecte normale effectuĂ©e par le Val de BiĂšvre) soit un total de 1,1 tonne par jour. On estime que, sur ce
    total, un tiers est dû aux incivilités
  • 193 800 sacs Ă  dĂ©jections canines ont Ă©tĂ© utilisĂ©s, soit 530 sacs par jour rĂ©partis sur les 33 distributeurs totems implantĂ©s dans la ville et les 3 points de collecte (mairie, service TranquillitĂ© urbaine et club Antoine-Lacroix)
  • 6%des vĂ©gĂ©taux plantĂ©s par le personnel municipal dans les massifs de la ville font l’objet de vol et de dĂ©gradations
  • 2 549 interventions de l’équipe anti-tags (705 sur les tags et 1 844 pour le dĂ©collage d’affichage sauvage)

affiche civisme

Le bon sens

Pour Ă©voluer dans un environnement agrĂ©able, oĂč l’on se sent bien, il nous faut respecter un ensemble de rĂšgles que l’on s’impose Ă  soi-mĂȘme : nettoyer, ranger, prĂ©server
 Cette discipline que l’on s’impose chez soi, pourquoi ne pas la mettre en acte dans l’espace public ? Parce que l’on n’a pas Ă©tĂ© initiĂ© au respect des autres ? Parce que l’espace public appartient Ă  tout le monde et donc finalement Ă  personne ? Et puis les impĂŽts servent Ă  ça non ?

Le nettoyage des trottoirs et de la chaussĂ©e, le ramassage des dĂ©pĂŽts sauvages, le lessivage des inscriptions sur les murs et la multitude d’autres actions d’entretien de l’espace public ont un coĂ»t trĂšs important qui pourrait considĂ©rablement diminuer si chacun respectait son environnement et y mettait du sien. L’argent dĂ©pensĂ© par la commune pourrait ainsi ĂȘtre mieux utilisĂ© ailleurs, pour des services qui sont vraiment indispensables aux habitants, d’autant plus que les collectivitĂ©s doivent tenir compte d’une rĂ©duction de leurs recettes du fait de la baisse des dotations de l’Etat (voir plus de dĂ©tails dans Le Kremlinois d'octobre 2015)

Eduquer les plus jeunes

A l’école, les professeurs apprennent aux enfants les rĂšgles de la vie en collectivitĂ©; dans chacun des accueils maternels et Ă©lĂ©mentaires de la ville, les Ă©quipes proposent des activitĂ©s et mettent en place des projets qui permettent aux enfants de s’ouvrir au monde qui les entoure, de respecter l’espace commun, d’accepter les diffĂ©rences, bref d'apprendre Ă  vivre avec les autres. Par exemple, ce mercredi de septembre au centre de loisirs Suzanne Buisson, les enfants ont parlĂ© du dessin. QuestionnĂ©s, ils Ă©noncent tout ce qu’on ne peut pas faire : dessiner sur le sol, dĂ©chirer le dessin des autres, prendre leurs crayons
 Une façon ludique d’apprendre, trĂšs tĂŽt, les rĂšgles du vivre ensemble.

Les services municipaux de la ville sont aussi trÚs impliqués et s'efforcent d'instaurer avec pédagogie des réflexes de civisme auprÚs des plus jeunes. Ainsi, les agents sont allés à la rencontre des enfants de l'école Kergomard pour animer un aprÚs-midi sur le tri sélectif puis pour installer un composteur dans la cour. Un petit atelier avec des "faux déchets" a permis aux enfants de s'initier aux principes du tri. Ils ont ainsi pu initier aussi leurs familles une fois rentrés à la maison. Ces actions sont trÚs bénéfiques et sont vouées à se renouveler.

C'est en s'y mettant mettant ensemble, collectivement, que nous pourrons vivre en harmonie dans une ville propre et agréable.

Cadre de vie

Le kiosque